Site officiel de l’écrivain Tourouvrain

Accueil > Joies et déboires d’un écrivain > Entre Phénicie et Angleterre : une œuvre différente

Entre Phénicie et Angleterre : une œuvre différente

dimanche 1er février 2015, par Michel Rouvère, Webmaster

JPEG - 40.4 ko
Londres en 1920

[…] Cette promenade qui sinuait entre le grand sud tunisien, phénicien ou bien sous protectorat français selon les époques, et le Londres de 1920 fut enchanteresse.

Les aventures de ma jeune princesse dans une oasis imaginaire du Sahara, au 7ème siècle avant JC, m’ont offert une plus grande liberté que mes histoires précédentes ancrées dans la réalité historique, sans toutefois m’épargner les recherches approfondies sur l’existence quotidienne des Phéniciens, comme je le fais pour chacun de mes romans (la vie d’un écrivain est bien difficile. Vous pourriez me plaindre un peu !).

Quant à mon archéologue du début du 20ème siècle après JC, elle m’a permis de découvrir la vie de nos grands-parents, à la fois si lointaine et si proche de la nôtre, avec certains côtés délicieusement surannés, mais également des préoccupations terriblement actuelles.

Mais, ce qui m’a donné le plus de fil à retordre, c’est la structure rigoureusement parallèle de cet ouvrage, m’imposant une progression identique des deux histoires, afin que tous les chapitres se répondent.

Vous ne comprenez pas ce que je veux dire ?
Alors, suivez-moi !
Je vais vous expliquer le principe.

Ma londonienne a découvert des ruines inconnues dans le désert tunisien, qu’elle va fouiller malgré tous les bâtons que des envieux lui mettent dans les roues.
En parallèle, se dessine l’histoire de ce petit royaume qui traverse précisément une période agitée de son existence, lorsqu’en montant sur le trône, l’héritière doit faire face aux prétentions injustifiées de son cousin sur la couronne.

J’ai donc dû faire en sorte que chaque rebondissement de l’époque phénicienne apporte une réponse aux découvertes des chercheurs modernes (vous imaginez la prise de tête ?). Et pourtant, à ma grande surprise, les événements se sont imbriqués d’eux-mêmes, coulant avec fluidité de ma plume, sans rencontrer le moindre écueil, au point qu’il ne m’a fallu que trois mois pour achever ce récit tellement prenant que j’ai eu beaucoup de mal à m’en détacher.

Je vais même vous faire une confidence : aujourd’hui encore, ce livre reste mon préféré, bien que mes tiroirs se soient remplis de beaucoup d’autres manuscrits depuis, mais ne le répétez pas ! […

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.